Tout ce qui concerne l'éducation, au Québec.

Retour à l’école… avant septembre!

0 32

On parle souvent du retour à l’école de septembre mais cette année encore, les écoles sonnent le retour en classes dès le mois d’août.

Pour les uns, c’est trop tôt parce que la température estivale, elle, bat encore son plein et les enfants se font priver d’un moment agréable où ils pourraient s’amuser et rêver, à la maison.

Pour les autres, c’est la fin des arrangements spéciaux pour du gardiennage parce que là, c’est le retour à l’école et ses services de garde de 7h30 du matin jusqu’à 18h, le soir. C’est aussi un moment où les parents peuvent souffler parce que l’horaire des enfants est régularisé, en quelque sorte.

Qu’on soit pour ou contre, le retour à l’école du mois d’août (et non de septembre) cause un stress aux parents et aux enfants.

Pour les parents, c’est la routinière course au matériel d’école, selon les spécifications exactes de l’école ou du professeur ainsi que la préparation au retour à l’école, aussi bien sur les fronts vestimentaires, alimentaires qu’au niveau du transport.

Autrement dit, un tsunami de responsabilités toutes aussi importantes les unes que les autres à intégrer à un horaire déjà saturé. Les écoles ne se gênent pas pour rejeter de nombreuses responsabilités sur le dos des parents, incluant les devoirs qui recommencent avec une vengeance, comme à chaque début d’année, de quoi bousiller le rythme de vie familial, au retour de l’école, à chaque soir de semaine.

Pour les enfants, le stress du retour à l’école perturbe leur sommeil et pousse plusieurs à l’anxiété. De la nervosité aux vomissements, les symptômes physiques d’un retour à l’école s’ajoutent à des changement plus ou moins importants à l’humeur. En tant que parents, il faut avoir de l’empathie pour nos enfants et les accompagner au travers de cette période particulièrement emplie d’émotions souvent contradictoires comme le plaisir de retrouver ses amis mais la crainte d’une charge scolaire inconnue qui va mettre fin au proverbial océan de temps-libre de l’été.

Nombreuses sont les maisonnées où l’atmosphère est fébrile.

Les parents encouragent les enfants à affronter le retour à l’école avec positivisme mais ça demeure un moment très intense qui vient avec son lot de défis afin de maintenir une maisonnée équilibrée.

Déjà que les horaires de toute la famille sont bouleversés par l’école —parfois pour le mieux et parfois pas— il y a aussi les dépenses pour les services de garde qui recommencent.

Oui, des paiements presqu’obligatoires pour tous les moments de la journée où l’enfant n’est pas sous la supervision directe d’un professeur. Le matin, le midi et le soir, le compteur tourne et à chaque mois, arrive la facture des services de garde, prouvant, encore une fois, que l’école est loin d’être gratuite pour quiconque doit travailler et donc, utiliser ces services qui, pourtant, sont complètement intégrés à l’école!

Et quand il y a plus d’un enfant qui doit bénéficier de ces services de garde, la facture monte vite et on atteint plusieurs centaines de dollars, à chaque mois. De l’argent qui aurait pu être utilisé ailleurs, surtout dans le cadre d’une jeune famille dont les budgets sont déjà serrés.

Enfin bref, la rentrée scolaire devient le moment où personnel d’école, enseignants, parents et enfants reprennent leur “service” académique.

Comme à chaque année, on souhaite beaucoup de succès à tous, surtout à nos enfants qui ont soif de succès et comptent sur leur entourage scolaire pour les aider à apprendre, à comprendre et à graduer vers le niveau suivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.