Le déclin de la théorie de l’évolution?

17 510

D’où venons-nous? Pourquoi sommes-nous là? À quoi sommes-nous destinés?

Autant d’excellentes questions pour lesquelles il existe un panoplie de réponses qui satisfont les uns mais ne satisfont pas les autres — à l’évidence, nous ne sommes pas prêts d’avoir épuisé ces questions dont les réponses sont lourdes de sens (et de conséquences) pour la race humaine.

Vous avez sûrement entendu parler des échanges parfois musclés entre les évolutionnistes (partisans de Darwin) et les créationnistes qui voient dans le monde qui nous entourre une œuvre divine.

J’ai trouvée particulièrement intéressante l’introduction à la réponse écrite par Julien Perreault à l’intention de Guillaume Lecointre du Muséum national d’histoire naturelle, Paris dans le cadre de la publication du livre “La théorie de l’évolution en déclin”.

Vous verrez, c’est intéressant…

La théorie de l’évolution est en déclin. La montée de la théorie créationniste s’accentue avec l’avancement de la science, notamment par la mise à jour des systèmes biologiques complexes et par l’étude de l’information qu’ils contiennent.

La vielle philosophie darwinienne qui visait à détruire l’idée d’un créateur n’a jamais rien produit: tant les fossiles que la biologie ne cessent d’aller dans le sens inverse depuis un siècle. Est-ce étonnant que les arguments servis par les évolutionnistes soient encore les vieux trucs du temps de Darwin?

Les évolutionnistes n’ont pas évolué au même rythme que la science. La découverte du code génétique qui se trouve dans les cellules humaines aussi bien que dans la bactérie la moins complexe qui soit démontre bien l’ampleur du changement de direction que la science demande: l’idée qu’il y ait des formes de vie simples qui auraient donné naissance à d’autres formes de vie plus complexes est exclue; aucune forme de vie simple n’existe à la surface du globe.

L’idée de gradualisme dans le registre fossile est encore moins bien étayée qu’au temps de Darwin; certains évolutionnistes adhèrent maintenant à une nouvelle théorie qui stipule très gratuitement que l’évolution se fait si vite entre deux espèces qu’aucun fossile transitionnel n’est laissé!

Alors que les évolutionnistes inventent des hypothèses non vérifiables, les créationnistes constatent que le registre fossile témoigne directement d’une création (apparition soudaine et simultanée des groupes d’animaux) dont la prédiction centrale est bien la discontinuité du registre fossile pourtant admise dans la communauté paléontologique

Vous pouvez lire la suite de cette réponse pour plonger de manière encore plus directe dans le vif du débat qui se continue entre les évolutionnistes, d’une part et les créationnistes, de l’autre.

Et vous, quelle est votre opinion par rapport à ce débat et aux enjeux qu’il soulève?

Tags: évolutionnisme, créationnisme, darwin, espèces, évolution, œuvre divine, dieu, nature, mère nature, idéologies, croyances, sciences, découvertes, faits, québec, canada

17 commentaires
  1. Roxan Lemire Dit

    Vraiment intéressant. Il serait bien de pouvoir enseigner de façon neutre les “faits” proclamés par les deux théories (parce que l’évolution en tant que tel n’est pas un fait ni une science prouvée). J’ai assisté à des débats et j’ai toujours été surpris par le peu de preuve récente que les évolutionnistes apportent. Ils sont été très dévoués pour critiquer le “Design Intelligent”, mais très peu convaincant face à leur propre théorie. Ce qui me porte, objectivement, à croire au déclin de l’empire de l’évolution.

  2. Science Création Dit

    Que la macroévolution (ex.: il y a un ancêtre commun entre la tulipe et le caniche) est un dogme nécessaire à la religion séculière qu’est l’humanisme séculier. Que la laïcité est pervertie lorsqu’elle impose cette religion à tous. Par exemple en imposant l’enseignement de ce dogme à l’école et en empêchant que le créationnisme soit enseigner à l’école.

    Shalom !

  3. Jean-Luc Lefebvre Dit

    Bonjour, je pense d’une part qu’effectivement si nous voulons monopoliser l’enseignement de la théorie de l’évolution, au détriment d’une alternative, je me demande si cette théorie est tout à fait falsifiable. Si forte à monopoliser et si fragile pour que l’on remette en question ces idées principales.

    D’autres part, si nous persévérons dans cette voie, enseigner moi plus de théorie de l’évolution.

    C’est à dire, son origine philosphique (athée, dans ses présupposés) ainsi que les conséquences de ce choix délibéré. Pour ma part, qu’une théorie soit prise dans un elivre religieux ou autre, ou encore sur un mur des toilettes public, cela m’importe peu. Ce que nous voulons savoir, c’est, est-ce que la théorie rend compte de la réalité et est-elle vérifiable (falsifiable aussi pour les puristes).

    Mais, l’origine des espèces de Charles Darwin, me semble aussi être un livre théologique? Ne devrait-on pas le remettre en cause pour les mêmes raisons? En fait le seul diplôme de Darwin, désolé évolutionniste, est en théologie.

    Je termine par les paroles de Louis Pasteurs: Un peu de science éloigne de Dieu. Beaucoup y ramène.

    La théorie de la création offre trop d’exemple de cette vérité pour s’enfermer dans un carcan évolutionniste.

  4. Michel Julien Dit

    L’ÉVOLUTION EXPÉRIMENTALE (pour mettre l’évolution à l’épreuve)

    On entend très peu parlé de scientifiques qui mettent à l’épreuve l’évolution. Bien sûr, aucune observation de «macro évolution» c’est-à-dire d’une espèce à l’autre n’a été observée. Pour les évolutionnistes, la «micro évolution» la résistance des insectes et bactéries représente le chemin grâce à l’accumulation de petits pas qui aurait mené à la «macro évolution». Pour que la «macro évolution» pu être possible il a fallu que plusieurs changements se fasse en même temps avant qu’une cellule puisse accomplir une nouvelle fonction.

    À la fin des années 80, une expérience jusqu’à ce jour ce fait sur des générations de bactéries qui à l’échelle humaine représente un million d’années. On a soumis ces bactéries à peu de nourriture (par exemple, le métabolisme humain aussi se modifie à la privation de nourriture). Le plus gros des changements ont eut cours durant les 2,000 premières générations de plus de 40,000 présentement. Cinq gènes ont légèrement changés. Les changements ont été plus lents par la suite avec des hauts et des bas. Inutile de vous dire que la bactérie reste une bactérie. Face à cela le chercheur Ralph Seelke un biologiste de l’université du Wisconsin est septique face à l’évolution. Il y voit des limitations. Sachant que pour qu’une espèce se transforme en une autre, plusieurs transformations doivent se faire en même temps. Il a de façon délibéré, neutralisé deux gènes des bactéries en question. Il s’est rendu compte que des modifications de deux gènes constituent une barrière contre l’évolution. «Si l’évolution aurait arrivé nous l’aurions constaté».

    Ce qui l’étonne, c’est que cette expérience aurait dû être faite depuis longtemps. Il déplore que peu de scientifiques mettent cette théorie au défi. Ils l’acceptent sans se poser des questions. Ralph Seelke est co-auteur de (Explore evolution: The case for and Against neo-Darwinism, 2007) un ouvrage qui présente les deux côté de la médaille sur l’évolution.

    Quand à l’autre auteur John Timmer il est un évolutionniste plus convaincu. Il aurait tout de même avoué en mai 2008 lors d’un symposium sur l’évolution à l’Université Rockefeller que «l’évolution n’est pas en rupture de stock en fait de controverses et qu’on devrait peut être faire place en classes aux véritables controverses». Cela laisse entendre que cette doctrine règne en maître absolu et aucune remise en question n’est tolérée. Belles paroles alors que dans ce symposium on a pas permis aux élèves après l’exposé d’un généticien du nom de W. Ford Doolittle qui a mis certains aspects de la doctrine de Darwin en doute de répondre aux questions…

    « Le Darwinisme était au 19ièm siècle une idée intéressante. Comme nous n’avions aucuns faits biologiques sur quoi nous appuyer cela pouvait sembler plausible. Aujourd’hui nous savons (après 150 ans) qu’il n’existe qu’une poignée d’arguments en faveur de cette théorie. La capacité de la ‘sélection naturelle’ de créer des systèmes vivants aussi complexes apportent des sérieux doutes dû aux nouvelles connaissances.» Le professeur Colin Reeves, Université Coventry.

    «En tant que chimiste, ce qui me fascine le plus est l’origine de la vie. Avant celle-ci, il n’y avait pas de biologie juste de la chimie. Les lois de la chimie sont les mêmes depuis toujours. Ce qui fonctionnait ou ne fonctionnait pas dans le passé, c’est ce qui se produit aujourd’hui. Ce qui est arrivé avant l’apparition de la vie sur terre peu être vérifié en laboratoire. Laissé à eux-mêmes, les diverses réactions chimiques (non guidées) comme cela était supposé l’être à l’origine ne donnent rien. Ce n’est que par l’intermédiaire d’une intelligence (un chimiste) qui réuni les conditions nécessaires que nous pouvons avoir quelques résultats. Mais même là c’est très limité et nous sommes très loin de trouver ce que nous cherchons. La chimie a besoin plus que du temps et de la chance. Les conditions originales nous ne les connaissons pas. Ce que nous savons se sont les réactions nécessaires (à l’apparition de la vie) et elles sont nettement insuffisantes et le plus souvent cela travaillent contre elle. Pour ses raisons j’ai de sérieux doutes qu’en cette matière le Darwinisme fera de réelles progrès.» (Traduction libre) Edward Peltzer, Université de la Californie.

  5. Michel Julien Dit

    La théorie du BIG-BANG!

    Notons que c’est une théorie. Elle ne fait pas l’unanimité au sein de la communauté scientifique. Même si une majorité de scientifiques semblent y adhérer, il y a des différentes versions du Big-bang. – Voir Dismantling the Big Bang: God’s Universe Rediscovered, par Le physicien John G. Hartnett et Alex Williams.

    Si il y a eut un «Big Bang», il se devait d’être dirigé, un réglage précis au millionième de seconde!!!….

    Dès le départ, il y a déjà impossibilité du point de vu de l’évolution. Voici ce que les évolutionnistes ne vous disent pas. Un univers en expansion doit recourir à une force colossale pour s’échapper à la gravitation de l’univers tout entier. Mais en plus, cette force doit être intelligente. «Si l’univers s’était dilaté un millionième de millionième (10-34 de seconde) plus vite, toute la matière de l’Univers serait aujourd’hui dispersée. Si la vitesse avait été un millionième de millionième plus lente, les forces gravitationnelles auraient provoqué l’effondrement sur lui-même de l’Univers au cours du premier milliard d’années de son existence. Là encore, il n’y aurait eu ni étoiles à durée de vie longue, ni vie, (Pour que les lois de la physique, soient respecté, il a fallu aussi que la température baisse de quelques millions de degrés en une vingtaine de minutes!). Si, à un certain moment dans le passé, l’univers était proche d’un état singulier caractérisé par une taille infinitésimale et une densité infinie, nous sommes bien obligés de nous demander ce qu’il y avait avant et ce qu’il y avait à l’extérieur de l’Univers » (…) « Le problème du Commencement s’impose à nous » le professeur Bernard Lowell.

    «Il est difficile de ne pas céder à la tentation que la structure actuelle de l’Univers, apparemment si sensible aux petits changements dans les nombres, a été plutôt soigneusement planifiée. La concomitance apparemment miraculeuse des valeurs numériques que la nature a attribuées à ses constantes fondamentales restera certainement la preuve par excellence d’un élément d’une conception cosmique.» Le physicien Paul Davies.

    « …Il est des questions auxquelles les scientifiques ne répondront jamais. Admettons qu’il y ait eu un big-bang voilà 12 milliards d’années. Mais pourquoi a-t-il eu lieu? Comment les particules se sont-elles trouvées là au départ? Qu’y avait-il avant? » Tom Utley écrivain

    Les quatre forces fondamentales de l’univers nécessitent un réglage précis, prenons un exemple:

    La force électromagnétique : c’est grâce au réglage précis de la force électromagnétique que les électrons sont maintenus autour du noyau de l’atome. Si non, les atomes ne pourraient pas se combiner pour former des molécules. Si la force électromagnétique était trop forte, les électrons seraient capturés par le noyau de l’atome, la réaction chimique entre les atomes impossible donc la vie impossible. Un mauvais réglage aura des effets sur l’activité solaire, rendant la photosynthèse impossible. Est-ce le fruit du hasard?

    L’aménagement de la terre

    Son emplacement dans la Voie lactée: La terre se trouve à une position idéale (28,000 années lumières).Trop éloignée du centre de la galaxie il n’y aurait pas suffisamment d’éléments nécessaires à la vie, alors que trop proche représenterait de grands dangers. S’il se trouvait plus près du centre de la Voie lactée, l’effet gravitationnel des étoiles voisines perturberait l’orbite de la terre. Sa position lui permet donc d’avoir juste la bonne dose d’éléments chimique pour soutenir la vie. On soupçonne au centre de la Voie lactée la présence de quelque chose de massif, un trou noir ou autre (revue Nature). Notre galaxie avale les petites galaxies voisines. Heureusement, notre terre se trouve à une distance sécuritaire de cette dangereuse masse qui avant d’avaler des étoiles les chauffent à des températures considérables en plus d’émettent beaucoup des rayons X. Le télescope spatial Spitzer a démontré que la Voie lactée possède une structure nettement plus complexe ce qu’on l’avait imaginé. Pas étonnant que l’ouvrage ‘L’alchimie des cieux’ déclara: « La Voie lactée est un chef-d’œuvre de diversités».

    Volume de la terre : La terre a exactement le volume qu’il faut pour permettre notre existence. Un volume plus gros aurait une gravitation plus forte, l’hydrogène (gaz léger) ne pourrait échapper à son attraction et s’accumulerait à sa surface. Ce qui serait incompatible avec la vie. Plus petite, l’oxygène indispensable à la vie s’échapperait et l’eau en surface s’évaporerait. Donc encore une fois, vie impossible.

    Distance du soleil : Le rapport du rayon de la terre à la distance du soleil. «Si ce rapport différait légèrement de ce que montrent les observations », la vie humaine n’existerait pas. (John Barrow astronome et Frank Tipler mathématicien). Notons aussi, grâce à sa taille et sa stabilité, le soleil (une étoile fixe) nous donne la quantité d’énergies qu’il nous faut pour soutenir la vie sur notre planète.

    Sa rotation: La terre tourne autour de son axe (23, 5 degrés) une fois par jour, vitesse idéale pour jouir de températures modérées. Trop vite, la longueur des jours et des nuits générerait des températures extrêmes auxquelles nous ne pourrions survivre. Sa rotation autour de son axe permet aussi la «force de Coriolis» d’agir sur les déplacements atmosphériques et des différences des mouvements de l’air des hémisphères Nord et Sud. Certains vents cependant se retrouvent au niveau planétaire (les alizés ou la mousson). La combinaison de l’inclinaison de l’axe et de son évolution permet nos saisons qui sont vitales à la production de nourriture.

    Trajectoire de la terre: Contrairement aux larges trajectoires elliptique des comètes, l’orbite presque circulaire de la terre nous évite de subir d’énormes écarts de température qui nous seraient fatals.

    L’atmosphère: 78% d’azote, 21% d’oxygène et 1% d’autres gaz. À l’état pur, certains de ces gaz seraient mortel. Mais avec le bon mélange ils rendent la vie possible. La nuit notre atmosphère combat la perte de chaleur.

    L’eau (forme gazeuse, liquide et solide): La terre renferme d’immenses réserves d’eau indispensables à la vie. Elle sert aussi de couche isolante, elle tempère le climat et permet à la lumière de pénétrer pour permettre la vie dans les océans.

    La croute terrestre: De légères augmentations dans l’épaisseur de la croute terrestre ou de la profondeur des océans affecteraient considérablement l’absorption d’oxygène libre et du dioxyde de carbone ce qui rendrait la vie très difficile pour ne pas dire impossible. (Strobel, Michael Denton, Évolution: Une théorie en crise, 1985)

    Son système de protection: Son champ magnétique et son atmosphère nous protège contre les rayonnements cosmiques du soleil et des météorites. En plus, la terre possède l’étonnante capacité de se régénérer d’elle-même et de recycler ses déchets.

    La lune: D’un diamètre légèrement plus grand que le quart de la terre. Sa taille idéale permet la stabilité de la rotation de la terre. C’est surtout elle qui est responsable des marées.

    La gravité: Si la force gravitationnelle était plus forte qu’elle ne l’est, les étoiles seraient beaucoup plus petites et brûleraient plus vite.

    Le hasard aurait tout mi en place pour accueillir la vie?

    Des signatures qui montrent qu’assez, c’est assez!

    Le 24 septembre 2001, la chaîne de télévision publique américaine PBS qui est pro évolutionniste reçue un communiqué de presse qui a eut l’effet d’une douche d’eau froide. Après l’annonce d’une série télévisée sur l’évolution et des propos gratuits d’une porte parole de la station qui disait : «Tous les hommes de sciences réputés reconnaissent la théorie de Darwin». PBS reçu une pétition d’une centaine de signatures de scientifiques qui se disaient en désaccord avec la théorie de l’évolution. – Chaîne de télé, PBS. (Public Broadcoasting System, chaîne de télévision publique américaine).

    Parmi les signataires, la critique la plus virulente venait du chimiste et candidat au prix Nobel, Henry « Fritz » Schaefer, qui réprimandait les darwinistes pour « avoir adopté des types de preuves en faveur de l’évolution qu’ils n’auraient jamais acceptés en tant que scientifiques dans d’autres circonstances. »

    À lire (en anglais): “100 Scientists, National Poll Challenge Darwinism“.

  6. Michel Julien Dit

    Jusqu’ici,

    Nous avons vu que si le début de l’univers fut causé par le ‘’Big Bang’’, il se devait d’être à la fois dirigé, un réglé au millionième de seconde!!!…

    Prenons une vingtaine de planches et une poignée de clous et créé une explosion, croyez-vous qu’elle va se transformée en niche à chien même après des millions et des millions de tentatives? Vous vous imaginez de l’état des planches juste après la première explosion! Notre système solaire et notre galaxie est bien plus complexe qu’une niche…

    – Croyez-vous logique qu’un simple hasard est pu diriger et réglé cette explosion gigantesque?

    – Qu’arrive t-il immanquablement lors d’une explosion, l’ordre ou le désordre?

    L’univers est régi par des lois

    Plus l’explosion est forte, plus grand est le désordre. Or les galaxies, systèmes solaires voir même l’univers sont régies pas des lois. Les lois qui régissent l’univers permettent l’ordre et la vie sur terre.

    – Qui a promulgué ces lois?

    – Par exemple la vie ne serait pas possible sans la loi se la pesanteur, sans les lois orbitales.

    L’univers est immense probablement sans fin. Or voilà que tous les éléments indispensables à la vie se trouvent au même endroit. La place qu’occupe la terre dans la voie lactée, la distance idéale du soleil, son axe, sa rotation la distance de la lune etc. tous ces faits sont taillés sur mesure pour recevoir et perpétré la vie. Beaucoup de coïncidences n’est-ce pas?

    Et on ne fait qu’effleurer le sujet.

  7. Michel Julien Dit

    L’âge de la terre de 4,5 milliards d’années entre en conflit avec les observations suivantes:

    Dans son livre le Dr. John Morris démontre que le champ magnétique de la terre c’est décru de 7% depuis 1829. Cette observation permet d’en déduire que le champ magnétique était plus fort dans le passé et sera moins fort dans le futur. Qu’est-ce que cela veut dire? C’est qu’il y a environ 20,000 ans, le champ magnétique était trop fort pour supporter toute vie sur la terre. (Titre:The Young Earth” par John D. Morris, Ph.D. p.74-75) Cette observation a également été faite dans les années 70 par le professeur de physique Thomas Barnes et par des mesures archéologiques qui démontre que le champ était plus fort il y a quelques milliers d’années. Ce qui a causé ce phénomène serait la décroissance du courant électrique de la terre. En calculant cette décroissance, on recule aux alentours de 10,000 ans. Mais on ne peu reculer en centaines de milliers d’années car le courant électrique était suffisamment puissant pour fondes la terre. Il en conclu que la terre se doit d’être plus jeune. (Titre: The earth’s magnetic field: Evidence that the earth is young” par Jonathan Sarfati 1998).

    «L’un des problèmes les plus intrigants que présente le modèle évolutionniste est qu’il tente d’expliquer pourquoi il n’y a pas beaucoup d’hélium dans l’atmosphère actuelle si la terre existe vraiment depuis 4,5 ou 4,6 milliards d’années.» titre: L’hélium et l’âge de la Terre par Stewart, M. Sc.

    La rotation des étoiles de notre galaxie. Celles de l’intérieur évoluent à une vitesse supérieure que les autres. La vitesse est tellement grande qu’on ne peut pas parler en termes de milliards d’années mais de quelques centaines de millions d’années. Cela fait 50 ans que les évolutionnistes connaissent ce fait ils l’appellent en anglais «the winding-up dilemma», on peut traduire par «Le dilemme de l’enroulement». Depuis plusieurs années ils se sont efforcés de trouver une explication. En suggérant plusieurs théories qui ont été après une brève période de popularité abandonnées. Leur toute dernière théorie «density waves» est très questionnée on accuse les scientifique qui propose cette théorie d’être arbitraire et de l’avoir conçue sur mesure. Plusieurs sont d’opinion que l’observation à l’aide d’un télescope n’appuie pas cette théorie. (Les allemands H. Scheffler et H. Elsasser titre: Physics of the Galaxy and Interstellar Matter, Springer-Verlag, Berlin 1987, p. 352–353 et 401–413. La Revue Nature du 22 juillet 1993 Titre: Inner spiral structure of the galaxy M51, par D. Zaritsky, H-W. Rix, et M. Rieke, p. 364:313–315.)

    Certain soulèves un autre problème. Celles des supernovas. Dans notre galaxie, l’observation démontre qu’il y a environ une violente explosion de supernova tout les 25 ans. Ces dernières laissent des traces qui devraient être visible pour au moins un million d’années. On ne trouve des traces que pour 200 d’entre elles. Si ces explosions se sont effectuées avec régularités on ne peu que remonter cela qu’à 7,000 ans. Si les explosions ne l’on pas toujours été, on ne peu certainement pas parler en terme de millions d’années et encore moins de milliards. Un autre problème. Selon les évolutionnistes, les commets sont sensées être du même âge que nôtre système solaire, 5 milliards d’années. À chaque fois que l’orbite de la commet s’approche du soleil, elle perd une quantité considérable de matériaux. Elle ne peut pas survivre plus de 100,000 ans estime ton. Comme toutes explications les évolutionnistes se sont lancés dans des suppositions et improbabilités coutumières. Ni par le calcul, ni par l’observation ils n’ont pu transformer leur tentatives d’explications en preuve. (Steidl, P. F., Planets, titre: comets, and asteroids, Design and Origins in Astronomy, pp. 73-106 par P. Steidl, G. Mulfinger. La Revue Nature du 2 septembre 1976 p.15-19, du 21 juin 2002 p. 2212-2215).

    Chaque année, on estime que l’érosion de l’eau et du vent totalise environ 20 milliards de tonnes de sédiments qui se déposent au fond des océans. Or l’épaisseur moyenne de ces dépôts est de 400 mètres. On estime que le mouvement des plaques tectoniques en retire 1 milliards de tonne chaque année. Selon les évolutionnistes, le processus de l’érosion existe depuis l’existence de la mer au moins depuis 3 milliards d’années. Si c’était le cas, la couche de sédiments au fond des océans devrait avoir quelques douzaine de kilomètres de profondeur et non 400 mètres.(John D. Milliman, James P. M. Syvitski titre: Geomorphic/tectonic control of sediment discharge to the ocean: the importance of small mountainous rivers, The Journal of Geology, vol. 100, p. 525–544, 1992. Hay, W. W., et al., Mass/age distribution and composition of sediments on the ocean floor and the global rate of sediment subduction, Journal of Geophysical Research, 93(B12):14,933–14,940 du 10 Décembre 1988).

  8. Marc-René Poitras Dit

    Cher Monsieur,

    Je vous écris afin de vous faire part de cette déclaration par Bienheureuse A. C. Emmerich, béatifiée par notre bien aimé Pape Jean-Paul II.

    L’on retrouve dans les écrits de la mystique dont s’est servi Mel Gibson pour le film “La passion du Christ” l’explication des ossements homme singe.

    Il s’agirait d’hybrides homme animal ayant existé avant le Déluge Universel.

    Une autre mystique Italienne, Maria Valtorta, dans ses Cahiers de 1945-50,43 fournit les mêmes explications sous un autre point de vue.

    Il y aurait donc, selon ses auteurs, une grave erreur d’interprétation sur ces ossements ainsi que la théorie évolutive spéculée et admise comme une certitude, aujourd’hui.

    Il y a aussi une preuve scientifique que l’hybridation entre l’homme et le singe ne soit pas impossible. Je vous conseille de consulter le site de “Terra Nova, Monstre de Vichy” pour une réflexion scientifique. Sur le même site, il y a aussi une photo d’hybride ayant apparemment déjà existé, selon les sources.

    Bien à vous!

  9. Marc-René Poitras Dit

    Cher Didier,

    Comme l’origine de la femme de Caîn n’est pas clairement expliquée ainsi que d’autres passage dans la Bible, peut-on ne pas faire comme la science actuelle et déduire logiquement des choses?

    Si on croit que Dieu a créé toutes les créatures, pourquoi ne serait-il pas capable d’en créer davantage s’il le désirait? Peut-on ne pas trop s’attacher à la lettre et déduire que l’auteur de la Genèse n’aurait pas tout raconté?

    À mon avis, Dieu était bien capable de créer d’autres femmes pour Abel, Caïn et Seth et que le récit ne le détaillerait pas. On déduit bien, de nos jours, que l’homme descend du singe sans faire l’expérience bioéthique que c’est possible en 2008 (quoique. l’Angl… consulter “Terra Nova, Monstre de Vichy”). Et sur tout cela on a fait une théorie qui est devenue une idéologie dogmatique scientifique et malheureusement, presque théologique.

    Il faut faire le lien entre la pensée que l’homme et la création viennent uniquement d’un tourbillon de molécules ou de microbes et la non-reconnaissance d’un fœtus naissant qu’on tue comme une mouche!

    Faites l’addition et vous avez une idéologie de mort pour légaliser le pire des crimes sur terre. Et tout cela, à partir d’une conception athée de l’origine de la vie.

    Jésus avait bien des choses à apprendre à ses disciples mais leurs esprits ne pouvaient le supporter! N’en est-il pas ainsi pour tout les hommes devant les mystères encore non-expliqués, de notre planète?

    L’évolutionnisme est un dôme idéologique athée au dessus de nos têtes pour nous couper de notre filiation avec Dieu, notre Père Créateur.

    Bien à vous et réfléchissons ensemble.

  10. Michel Julien Dit

    L’ÂGE de la TERRE et de notre GALAXIE.

    Les recherches du très renommé astronome Halton Arp, auteur de l’Atlas de Galaxies Singulières vont en l’encontre de la théorie de l’évolution. Il fit la comparaison de la galaxie NGC5194 avec sa voisine NGC5195 entre autre. Selon cet ex président de la Société Astronomique du Pacifique, il ne pouvait pas y avoir un Big Bang. L’âge de l’univers et de la terre serait beaucoup plus jeune. Les prises de positions de ce diplômé d’Harvard étaient dérangeantes au point qu’il aurait été banni aux USA de tout crédit et d’accès à des grands télescopes à travers le monde! Des cas de censures, d’harcèlements et même de congédiements ne sont pas rares envers les scientifiques qui mettent en danger la doctrine darwinienne. Un récent sondage à montrer ceci. Sur les profs qui enseignent l’évolution, un tiers d’entre eux sont en désaccords avec cette théorie et sont forcé de l’enseigner à contre cœur. Pour revenir à Halton Arp, cet ex assistant de Edwin Hubble est un évolutionniste athée qui heureusement est habité par une belle honnêteté et de courage intellectuelle.

    VOICI COMMENT ON DATE LA TERRE

    La terre a 4,55 à quelques 70 millions d’années près (méthode uranium/plomb, Clair Patterson 1956). On laisse entendre qu’il n’aurait qu’une marge d’erreur de 70 millions (1%) d’années donc la méthode de calcule évolutionniste semble très précise. Mais est-ce le cas? Voici comme on date la terre et ce n’est pas une blague. On date une météorite en SUPPOSANT qu’elle vient d’une planète formée à peu près en même temps que la Terre! Donc les ‘’70 millions près’’ n’est que de la poudre aux yeux pour donner l’impression que c’est un calcule précis qui en réalité est basé sur une simple supposition!

    Comme la roche primordiale a été entièrement détruite par les mouvements de l’écorce terrestre et les processus sédimentaires, les tentatives de mesure directe de l’âge de la terre sont vouées à l’échec. On est donc réduit à dater les météorites. On n’a trouvé chez elles aucune gravure qui indiquait leur date et leur lieu de naissance…

    LA MÉTHODE URANIUM/PLOMB

    La méthode de datation uranium-plomb est elle absolument fiable? On a obtenu des âges allant de 100 000 000 à 10 500 000 000 d’années pour des roches volcaniques des îles Faial (Açores), de Tristan da Cunha et du Vésuve. Or, on sait que ces roches ne sont vieilles que de quelques centaines d’années!

    Déjà en 1999 les découvertes avaient rajeunie de beaucoup notre galaxie estimée non sans controverses à 10 milliards d’années. Même avant en 1991, le physicien Russell Humphrey de l’université de la Louisiane fit la démonstration dans son ouvrage que notre galaxie était plus jeune qu’on voulait bien nous le faire croire. Or le 5 janvier 2009, la Société américaine d’astronomie qui était réunit en Californie, nous apprend concernant notre galaxie; l’existence de jeunes étoiles, la vitesse de la Voie Lactée est plus vite (+50%, Mark Reid, Harvard-Smithsonian) de ce qu’on pensait et elle est aussi plus massive. Qu’est ce que cela veux dire? Quelles sont les implications possibles? Peut être qu’il faudra rajeunir de beaucoup notre galaxie (50% plus jeune?). Peut on rajeunir la galaxie sans rajeunir la terre qui ce trouve à l’intérieur? Faudrait t-il aussi remettre en question le procédé de datation qui affirmait-on n’avait qu’une marge d’erreur de 1%? Déjà des évolutionnistes trouvent 4,5 millions bien peut pour expliquer l’apparition de la vie et son évolution sur terre. Laissons le temps aux évolutionnistes d’avaler la pilule… et de trouver d’autres théories de remplacements… car après tout l’évolution est avant tout un acte de foi.

    VOICI UN AVEU QUI EN DIT LONG

    «Pendant des années, les gens créaient des cartes complètes de la Voie lactée en étudiant seulement une partie de celle-ci ou en n’utilisant qu’une seule méthode. Malheureusement, lorsque ces modèles de différents groupes étaient comparés, ils n’étaient pas toujours en accord. C’est un peu comme étudier un éléphant les yeux bandés.» Robert Benjamin,Université du Wisconsin, 2009.

    Depuis quelques années des nouvelles comme «Des chercheurs allemands et américains, viennent de faire reculer de 20 millions l’âge de la terre.» Revue nature août 2002, font l’objet d’articles. L’observation tant à démontrer que notre planète et notre galaxie seraient plus jeunes. Naturellement plus la terre est jeune moins cela fait l’affaire des évolutionnistes. Il faut s’attendre de leur par à une opposition. De son côté, la Genèse dit qu’au commencement la terre était déjà là. Ce livre parle des étapes menant à la création des premiers humains. Étapes d’ailleurs qui correspondent en gros à ce qu’on retrouve dans le sol. Mais quel âge à la terre? La réponse la plus honnête serait on ne le sait pas tout simplement!

  11. Michel Julien Dit

    Les chaînons manquants et leurs mensonges

    (Notez que plusieurs étaient jugés «preuves irréfutables»)

    1- L’Homo erectus

    L’Homo erectus (l’homme de Java, homme de Pékin, Pithecanthropus) un autre chaînon qui en était pas. « Les os des membres découverts jusque là ne se différencient pas de ceux d’Homo sapiens » Encyclopoedia Britannica, 1976, Macropaedia, vol.8 p.1032.

    2- l’homme de Toumai

    Avant

    « Devant plus de 300 personnalités du monde de la recherche, des élus politique locaux et une trentaine de journalistes représentant la presse française et étrangère, le professeur Michel Brunet a confirmé hier qu’il était certain que les restes qu’ils a exhumés au Tchad étaient ceux d’un hominidé vieux de sept millions d’années » « L’analyse du crâne a montré qu’il s’agit d’un nouveau genre, d’une nouvelle espèce, en résumé d’un nouveau doyen de l’humanité… »
    Ça paraît maintenant une évidence… » « j’ai signé des autographes en descendant de l’avion ce matin… » « Il s’agit certainement de la plus importante découverte depuis celle de l’Australopithecus africanus… » (AP) 13 Juillet 2002 et Journal de Montréal

    Après

    « Dans un article publié dans la revue Nature aujourd’hui, plusieurs anthropologues éminents affirment que le fossile n’appartient pas à la branche humaine de l’évolution. » Selon eux, Toumai serait plutôt le crâne d’un ancien gorille ou chimpanzé femelle, ou d’une espèce disparue… »

    Les faits sont irréfutables, l’analyse du crâne l’avait montré affirmait-elle!…

    3- l’Australopithecus

    Vous vous souvenez de l’Australopithecus? L’évolutionniste Ruth Moore s’exclama « Tout prouve que l’homme a enfin trouvé ses premiers ancêtres demeurés si longtemps inconnus… Les faits sont IRRÉFUTABLES… On a enfin découvert le chaînon manquant. » « C’est Australopithecus qui a finalement évolué pour devenir Homo sapiens, l’homme moderne. » The New York Times «Bone Traces Man Back 5 Million Years, Robert Reinhold, 19 février 1971 p.1
    …et ce qu’il devait arriver arriva… une contre expertise eut lieu. « D’après nos recherches, il n’y a guère de doute…Australopithecus ne ressemble pas à Homo sapiens mais aux singes et aux anthropoîdes actuels » Beyond the Ivory Tower, Solly, Zuckerman, 1970, p.90.

    Il y a comme un petit problème sur la datation n’est-ce pas? 5 millions d’années! Alors que c’est un singe actuel! Sur quel avait-on dit qu’il était le chaînon manquant, Les faits sont IRRÉFUTABLES !!!

    4- Ramapithecus

    L’imagination évolutionniste, autre cas pathétique.

    Vous vous souvenez de Ramapithecus? On l’a reconstitué à partir de dents et de fragments de maxillaires. (Remarquez la contredisions des évolutionnistes) « Dans l’état actuel de nos connaissances, il est probablement le premier représentant de la famille humaine … Les informations relatives au Ramapithecus sont considérables, bien que, en fait, elles demeurent, hélas! Fort minces en elles-mêmes. On ne dispose en effet que de fragments de mandibule et de maxillaire supérieur, plus une série de dents » (Idib p.56,68) « pendant plusieurs décennies Ramapithecus était considéré comme la base inébranlable de l’arbre évolutif de l’homme » New York Times sous le titre « Time to Revise the family Tree?, 14 février 1982 p.E7. Avec des fragments de maxillaires et quelques dents, on a dessiné un homme-singe. Les reproductions ont envahi la littérature évolutionniste. (Possiblement que l’une de ces images d’homme-singe ont contribués pour certains d’entre vous à croire en l’évolution) Et encore une fois la datation dans tous cela? Des vestiges fossiles plus complets ont montré que Ramapithecus ressemblait aux grands singes actuels. « Comment Ramapithecus… reconstitué uniquement à partir de dents et de mâchoires, sans qu’on ne sache rien de ses os pelviens, crâniens ou de ses membres, a t-il pu se glisser dans la procession conduisant à l’homme? Natural History, False Start of The Human Parade, par Adrienne Zihlman et Jerold Lowenstein, août-sept.,1979,p.86.

    C’était une simple variété éteinte d’orang-outang (un singe).Quand on prend ses désires pour des réalités, avec le temps, la vérité fini toujours par nous rattraper.

    5- L’homme du Nebraska

    À l’aide d’une seule dent trouvé on a fait l’illustration de l’homme du Nebraska! Cela s’est passé en 1922, Henry Fairfield Osborn, directeur du Musée Américain d’Histoire Naturelle est celui qui trouva cette dent. Cette dent portait des caractéristiques communes à l’homme et au singe selon lui. Sur cette seul base, il a eut des débats scientifiques contradictoires. On lui assigna immédiatement “un nom scientifique” : “Hesperopithecus Haroldcooki” alors que rien n’était prouvé! Henry Fairfield Osborn fut soutenue par un grand nombre. Puis encore une fois la preuve fut faite que la dent n’appartenait pas à un singe ni a un homme mais à une espèce éteinte de porc sauvage, le Prosthennops.

    6- Lucy in the sky…

    Lucy que l’émission pro évolutioniste «Découverte» de Radio-Canada qualifiait de chaînons manquant. Un autre chaînon manquant de la saga « irréfutable » de l’évolution. Elle non plus n’a pas résisté à la contre vérification. L’émission Découverte se rétracta tout en disant, nous avons autre choses….
    New Scientist « Trees Have Made Man Upright », Jeremy Cherfas, 20 janvier 1983, p.172.

    Yves Coppens anthropologue est actuellement l’un des plus grands spécialistes français de l’évolution humaine… de lui vient la découverte de Lucy (déjà considérée comme le chaînon manquant). Il a su se remettre lui-même en cause et abandonner ses idées quand les faits étaient contre lui (East Side Story). Il remet en doute le mécanisme de l’évolution (Sciences et Avenir, août 1995)

    «Beaucoup de médias l’ont aussi considérée comme le plus ancien ancêtre; ce n’est pas le cas et ne l’a jamais été. Lorsque nous l’avons découverte, nous connaissions déjà des restes d’Hominidés deux fois plus âgés (…) Lucy, c’est ce personnage désormais universel que le mythe a ravi à la science (…) Lucy a vite dépassé ses inventeurs pour envahir toutes les imaginations de tous les hommes de toute la Terre ou presque. Elle est devenue héroïne de romans, d’essais, de films, de bandes dessinées…» Yves Coppens, juin 2007

    7- L’homme de Cro-Magnon

    Vous vous souvenez de l’homme de Cro-Magnon? Et oui vous l’avez devinez lui aussi a mordu la poussière (Lucy p.39)

    Des chercheurs ont extrait et comparés l’ADN de l’homme de Cro-Magnon et du Neandertal « Leurs résultats vont à l’encontre de la théorie selon laquelle les hommes de Neandertal et de Cro-Magnon se sont mélangés, formant une espèce en évolution qui a contribué aux gènes de l’homme actuel. (AFP) Journal de Montréal du 13 mai 2003

    Les évolutionnistes ont du changer l’apparence de l’homme de Néanderthal savez-vous pourquoi? « Rien ne prouve que l’homme de Néanderthal nous était en quoi que ce soit inférieur » Ice, Fred Hoyle,1981 p.35.

    Des chercheurs ont extrait et comparés l’ADN de l’homme de Cro-Magnon et du Neandertal « Leurs résultats vont à l’encontre de la théorie selon laquelle les hommes de Neandertal et de Cro-Magnon se sont mélangés, formant une espèce en évolution qui a contribué aux gènes de l’homme actuel. (AFP) Journal de Montréal du 13 mai 2003

    8- l’homme de Piltdown.

    De 1912 à 1953 l’homme de Piltdown a été accepté comme authentique par presque toute la communauté évolutionniste. On lui donna, à ce chaînon manquant des traits simiesques. Toutefois, des nouvelles techniques ont permis de découvrir la supercherie. Il s’agissait d’os de singe (orang-outan) et d’humain qui avaient été assemblés et vieillis artificiellement. Quoique des doutes existaient depuis un certains temps dans la communauté scientifique, ce n’est qu’à la toute dernière minute que le public à été avisé de la possible supercherie. Missing Links, John Reader, 1981, pp.109,110; Quand les poules auront des dents, Stephen Jay Gould, Fayard, 1983 pp 221-248, (pdf)T.H. Turrittin PalArch Fondation 2006.

    Les recherches du canadien T.H. Turrittin (An annotated bibliography of the Piltdown Man, 1953-2005. Montre que le sujet a été bien moins couvert après l’annonce de la supercherie. On ne trouve pas de bibliographie sur toute la période 1912-1953 sur l’homme de Piltdown. Toutefois en 1936 on en avait déjà répertorié 300 de 1912 à 1935. De toute la bibliographie d’après 1953 à 2005, la période 1958-1972 n’en représente moins de 9%. Un regain d’intérêt dans la période 1978-1997 avec près de 50%.

    Les livres spécialisés parlent de l’homme de Piltdown, mais très peu sont adressés au grand public en général. Depuis la fin des années 90 on en voit de plus en plus sur les sites internet.

    Environ 40 ans de fraude. Des générations ont été séduis à la cause évolutionniste, sur la base de ce faut chaînon manquant. Et eux à leur tour ont convaincu leurs enfants. Et nous en somme rendu là aujourd’hui. Nous ne faisons pas face à de l’esprit scientifique. Mais à une religion dont ses membres tiennent à leur dogme aussi puissamment que la papauté tient au culte marital par exemple.

    9- Les Australopithèques

    Ce seraient les ancêtres les plus primitifs de l’homme version évolutionniste bien sûr. Encore une fois ces derniers retournent bredouilles. Car l’anatomiste Fred Spoor a étudié en 1994 le mécanisme d’équilibre involontaire qui se trouve dans le limaçon de l’oreille. Les résultats montrent que les Australopithèques n’étaient pas semblables aux hommes. En 1996 Robin Crompton à l’aide d’un ordinateur, qu’un type de pas intermédiaire ne peut pas être soutenu pendant de longues périodes en raison de la consommation d’énergie extrême. Ceci signifie que les Australopithèques ne pouvaient être bipèdes et avoir une posture courbée en même temps.

    10- L’Hommes de Neandertal

    Il est démontré qu’il n’est pas bien différent que l’homme moderne.

    11- L’Homo habilis

    Il y a un consensus de plus en plus grand parmi les paléo anthropologistes à l’effet que cette catégorie inclut en réalité, des fragments appartenant à différents autres types comme Australopithecus et Homo erectus. Par conséquent, il s’agit d’un taxon non valide. En d’autres mots, il n’a jamais existé comme tel.

    12 – L’homme d’Orce

    En 1983, en Espagne, on a découvert dans des anciens marais séchés, parmi des ossements d’ours, d’éléphants, d’hippopotames, un curieux morceau de crâne de moins de huit centimètres de diamètre. Il fut présenté à la presse comme «le plus vieux fossile humain jamais découvert en Europe et en Asie». On le datait de 900 000 à 1,6 million d’années!

    Voici ce que les scientifiques ont dit à partir de ce petit morceau de crâne, sur son âge, son arrivé en Espagne, sa taille, sa diète et ses habitudes de vie :

    « Il est venu d’Afrique depuis peu. Selon eux, le crâne en question était celui d’un adolescent de 1,50 mètre, âgé d’environ 17 ans. Il vivait probablement de chasse et de cueillette et n’avait peut-être pas encore appris à domestiquer le feu. Il possédait vraisemblablement un rudiment de langage et de religion. Il se nourrissait de fruits, de céréales, de baies et d’insectes, ainsi que, de temps à autre, de restes d’animaux tués par les hyènes.»

    On vérifia le crâne en 1884 on y découvrit une crête alors que le crâne humain n’en possèdent pas. Puis en 1987, l’analyse aux rayons X avait confirmé que le fossile était bien celui d’un équidé c’est-à-dire, d’un «âne». – Jordi Augustí et Salvador Moyà, le quotidien madrilène El País, 1987.

    Nous voyons encore une fois les extrapolations des évolutionnistes qui ont décrit la vie de se faux chaînons manquant. On est encore en mesure de constater qu’ils ont accordé la datation avec leur théorie. N’oublions pas que l’homme d’Orce fut présenté comme la plus grande découverte, ce à partir d’un petit bout d’os. Comment peuvent t-il expliquer la présence d’un âne parmi un groupe d’animaux sauvages il y a 900 000 à 1,6 millions d’années? Comment expliquez que tous ces différents animaux se retrouvent ensemble?

    13– Le Ramapithèque

    Était un crâne d’un babouin.

    14- Le Bigfoot

    L’équivalant Nord-américain du Yéti s’appelle « Bigfoot ». Voici ce que l’article intitulé « Le Bigfoot une pure invention » dit : « Le bigfoot est le fruit de l’imagination de l’homme d’affaire californien Ray Wallace, 84 ans, décédé le mois dernier. …sa famille a décidé de révéler la supercherie à sa mort, comme le révèle le National Post… M.Wallace a fait naître le Bigfoot en déguisant sa femme Elna, et quelques membres de sa famille en gorille. …créé les fameuses empreintes du Bigfoot en demandant à un ami de mouler des pieds longs de 40 centimètres que son frère et lui ont enfilé pour laisser des traces. Les photographies, fims et autres « preuves » de l’existence du Bigfoot ont fait le tour du monde et suscité de vifs débats dans les médias et chez les scientifiques. Durant toutes ces années, M.Wallace a ri dans sa barbe. Selon un de ses neveux, il n’a jamais avoué sa supercherie parce qu’il avait peur que les gens sa fâchent contre lui. » Journal de Montréal 8 décembre 2002 page 5.

    La population est depuis longtemps conditionnée. On enseigne que l’homme et le singe ont un ancêtre commun. Des scientistes sont prêts à tout pour prouver cela. Malgré que la supercherie a été découverte en décembre 2002, le professeur d’anatomie Jeff Meldrum de l’Université de l’État d’Idaho à dit : « Après avoir examiné les évidences, je suis convaincu qu’il y a une créature qui n’est pas encore identifié.» National Geographic News ajoute qu’il y aurait présentement 2,000 hommes singes dans le monde! Ce n’est pas fini on dit que le mâle mesure 8 pieds et qu’il pèse 800 livres et mange des petits fruits. National Geographic News du 23 octobre 2003. Au Yukon on vu cette créature qui a laissée une touffe de poils, après examen c’était à 100% celui d’un bison…

    Dr Tim White un anthropologiste de l’université de Californie a dit après que les évolutionnistes ont pris un fragment d’os pour la clavicule d’un homme, alors que c’était la côte d’un dauphin :

    «Le problème chez un grand nombre d’anthropologistes est qu’ils cherchent tellement un hominidé qu’ils en trouvent dans chaque morceau d’os sur lequel ils tombent» New Scientist, 28 avril 1983, p. 199.

    15- Boxgrove man (Homo heidelbergensis) découvert en Angleterre en 1994.

    Mai 1994 la Revue Nature (29 mai 1994 p. 311-313) annonce la découverte d’un tibia sensé appartenir à l’ancêtre des européens. Comme de coutume, on fit une image mi-homme, mi-singe du Boxgrove man à partir de fragments de mâchoire. Comme de coutume aussi il y a un ou des médias qui se lance dans des affirmations gratuites comme celui du 19 mai 1994: « L’une des plus grandes découvertes de l’histoire de l’évolution humaine» (The Sydney Morning Herald). Et finalement comme de coutume, c’était faux. Boxgrove man était un homme à part entière. Cette découverte avait aussi soulevée les problèmes de la datation. Voici des divers estimations de l’âge de Boxgrove man; a) 423,000-362,000 b) 303,000-524,000 c) 303,000-339,000 d) 205,000-281,000 e) 175,000-230,000.

    Dans des cas semblable, les pratiques évolutionnistes consiste à toujours choisir la date la plus près de leur théorie. En général, la date la plus reculée car ne l’oublions pas la doctrine darwiniste veut qu’une lente évolution eut lieu. Alors que la datation est controversée, le British Archeology de février 1995 choisit l’âge de 500,000 ans et affirme que Boxgrove man ne savait pas parler. À titre d’exemple aussi le 31 mars 2008 sur le site de L’Université de Leeds en Angleterre, le Dr Bill Sellers date Boxgrove man à 500,000 ans sans informer les étudiants que cette datation est très controversée et imprécise. Entre 175,000 et 423,000 ans aurait été plus juste ne trouvez vous pas?

    Puis la découverte en Angleterre d’anciens dessins gravés sur des pierres ont-elles contribuées à rajeunit Boxgrove man? Quoiqu’il soit, tout dernièrement le NewScientisteSpace du 4 sept. 2006 date Boxgrove man à 325,000 et il commençait à parler, tiens, tiens…

  12. Michel Julien Dit

    – Autre chaînon manquant qui mort la poussière

    En mai 2009 à New York une conférence de Presse en présence du maire Bloomberg, on présenta avec grande pompe, les résultats d’une étude d’un fossile le Darwinius masillae baptisé « Ida ». Malgré que très peu d’arguments scientifiques aient été apportés, cette nouvelle a faite le tour du monde. Le New York Daily News du 20 mai 2009 fit la remarque suivante: «l’annonce de la découverte de ce fossile, fait parti d’une campagne publicitaire très bien structurée.» Malgré la minceur des faits, on annonça qu’un documentaire était déjà produit et présenté la semaine suivant sur History Channel à grande écoute avec la complicité de la BBC. Pourquoi ne pas avoir attendu une contre expertise avant de produire un documentaire?

    On avait même affirmé que cette découverte était comparable à l’impacte d’un astéroïde qui frappe la terre ! Lors de la cérémonie au musé, l’auteur de l’étude le biologiste et anthropologue Jorn Hurum du musé d’histoire Naturel d’Oslo affirma que «c’est le premier lien de tous les humains. Ida est le plus proche lien direct avec nos ancêtres.» et s’exclama «ce fossile va figurer dans tous les ouvrages didactiques des cent prochaines années». Il a même déclaré «c’est comme découvrir l’arche ou le saint graal !» Quelle vantardise, quelle présomption et quelle humilité!

    On a appris plus tard que l’étude comparative du squelette de Darwinius masillae ne s’est basée que sur 30 caractères. Alors que la norme exige une analyse de 200 à 300 traits avant publication! Il me semble que la Revue PlosOne qui a publiée l’article, History Channel, la BBC, Nationale Géographie et autre Revues spécialisées ainsi que beaucoup de médias ont été plutôt complaisants dans cette affaire et peu soucieux de savoir si cette recherche avait été faite avec soin. La raison est simple. Les réfutations sont toujours très peu médiatisées et seront vite oubliées. On se souviendra plus du grand tapage publicitaire de la Conférence de Presse hélas. Les articles des Revues restent. Malgré que les informations soient fausses, le documentaire sera présenté à la télévision maintes et maintes fois au public. Pour la plus part des cas, sans rectifications ou mise en garde. Cela fait très longtemps que cette forme de propagande perdure dans le but d’endoctriner le publique au darwinisme.

    Environ 7 mois plus tard. Une nouvelle étude annoncée en décembre 2009 qui elle n’a pas reçue le même tapage publicitaire réfute cette affirmation réalisée par Erik R. Seiffert, de l’Université Stony Brook de New York. Un examen plus approfondie de la dentition et de l’os de mâchoire a démontré qu’Ida n’est qu’une “simple” représentante des adapiformes une espèce disparue. Cette contre expertise a faite consensus. Il est étonnant qu’on n’a pas découvert dès le début qu’Ida était une espèce de singe disparue vu la qualité du fossile et les moyens techniques ultras sophistiqué énumérés dans l’article original. On a voulu démontrer au publique que l’étude a été faite avec sérieux semble t-il, mais tous laisse croire que ce ne fut pas le cas. A-t-on voulu tromper le public encore une fois dans le but de prouver l’évolution comme ce fut si souvent le cas? À vous de juger.

  13. Michel Julien Dit

    LA DATATION SCANDALEUSE DES FOSSILES

    Voici la triste réalité c’est une affaire d’idéologie et non de faits scientifique. C’est au 19ième siècle que Charles Lyell (1797-1875) un avocat de formation, a décidé de l’âge de chaque state. Malgré que les taux de sédimentation sont très différents d’un endroit à un autre et que seulement 1% des sites excavés possèdes 10 ou 11 states identifiables. On ne tient nullement compte que dans le cas des couches identifiables, celles-ci avec le temps peuvent répondre au principe physique de la densité comme un mélange d’huile, d’eau et mercure dans un verre, avant le temps le mercure se retrouvera au fond. Cela change complètement les données à propos de la chronologie. D’ailleurs, on découvre dans les montagnes du Matterhorn des fossiles dans le mauvais ordre de l’échelle évolutive.

    On a donc établi arbitrairement qu’un cm, un mètre équivalent à un nombre déterminés d’années sans aucune preuve à l’appuie. On s’est rendu compte que cette méthode remonte l’âge de la terre à seulement 3,5 milliards d’années pour l’âge de la terre. Cela convient aux évolutionnistes pour ce qui est la datation des fossiles selon leur théorie. Mais, nettement insuffisant pour appuyer l’évolution concernant l’âge de la terre. Aussi les évolutionnistes emplois une autre méthode, «la radio activité». Cette dernière est de plus en plus contestée. C’est avec cette méthode qu’on date les météorites (avec la présomption qu’elles sont du même âge de la terre) pour calculer l’âge de notre planète…

    Un biologiste du nom de Jacques Monod déclara : «Si la chronologie de la formation des fossiles était remise en question, c’est toute la théorie Darwinienne qui s’écroulerait» Il est donc pas étonnant que depuis «les principes de la géologie» de Charles Lyell (1830-32) très peu de choses ont changé dans la datation des fossiles.

    Toute la théorie de l’Évolution dit Charles Darwin repose que toutes les pièces du système doivent être le résultat d’une succession de lente modifications qui doivent travailler ensemble, Si cette démonstration n’est pas faite dit Darwin alors «ma théorie s’écroulera» D’ailleurs, dans son livre Darwin exprima des doutes sur sa propre théorie. En fait, si selon ce que j’ai lu est vrai, il a hésité longtemps avant de publier son livre – L’origine des espèces 1859 p.219 par Charles Darwin.

    Pour satisfaire les besoins de la théorie darwinienne, on est parti avec l’idée que la terre est très vieille. AU LIEU DE COMMENCER PAR DES OBSERVATIONS ET FINIR PAR UNE CONCLUSION, ON UTILISE LA CONCLUSION POUR INTERPRÉTER LES OBSERVATIONS! L’âge des roches est déterminé par les couches terrestres (stades géologique) déterminée par la doctrine évolutionniste des fossiles index dans ces mêmes roches alors que, ces mêmes fossiles sont datés par l’âge des roches. En résumé les roches datent les fossiles et les fossiles datent les roches! Ce raisonnement circulaire anti scientifique a choqué plus d’un homme de science par le passé. Par exemple en 1956 le géologue R.H Rastall (L’encyclopédie Britanica 10 p.168) ou encore C.W. Harper (Relative age inference in paleontology 1980).

    « Si nous datons les roches d’après les fossiles, comment pouvons-nous ensuite parler de modèles d’évolution dans le temps d’après les registres fossiles?». L’évolutionniste Miles Eldredge, Time Frames, 1985, p.52.

    « On se trouve devant un argument circulaire : interprétez les fossiles d’après une certaine théorie de l’évolution, vérifiez l’interprétation, puis notez qu’elle confirme la théorie. La théorie ne serait-elle pas confirmée?» Le professeur Tom Kemp New Scientist du 5 décembre 1986, p.67.
    « Aucun fossile n’a été enterré avec un certificat de naissance» Henri Gee 1999, éditeur en chef de la Revue Nature.
    « En archéologie même les datations dites ‘absolus’ ne le sont pas vraiment» La temporalité des corpus archéologique page 6 par Accary – Barbier et Sylvie Calabretto.
    « Parmi toutes les recherches, nous faisons une sélection en accord avec notre point de vue, d’après nos préconceptions. C’est un processus purement politique et subjectif. La paléontologie n’a de scientifique que la forme pas la substance.» (Traduction libre) citation de l’anthropologiste Geoffrey Clark de l’université de l’État de l’Arizona (G. A. Clark and C. M. Willermet, eds. Titre : Conceptual Issues in Modern Human Origins Research, par Aldine de Gruyter, 1997).
    On choisit la méthode de datation qui s’accordera le mieux avec la théorie. De plus, après réception d’échantillons, des laboratoires de radio-isotopes envoies souvent un formulaire demandent une «estimation» de l’âge des pièces! Si les techniques étaient absolument objectives et fiables, de telles informations seraient superflues.

    «Il est difficile que l’observation et l’interprétation ne soient influencées par les idées du moment. Le plus grand dérèglement de l’esprit, disait Bossuet, c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non pas ce qu’on a vu qu’elles sont en effet! Et ce travers est propre à tous les paléontologistes de toutes les époques et de tous les temps.»»- Le paléontologue Jean Piveteau, Évolution ou création?, p101.

    Depuis «les principes de la géologie» de Charles Lyell (1830-32) très peu de chose ont changé. Tout est fait sur mesure pour prouver l’évolution. Malgré ce manque d’objectivité et les immenses moyens financiers, d’endoctrinements et de propagandes médiatiques, ils en sont toujours incapables.

  14. Michel Julien Dit

    À propos de la datation radiométrique (carbone 14)

    En effet plus le temps est reculé, plus imprécise est la datation au carbone 14.

    « La datation de la méthode carbone 14, elle est fiable pour une période qui ne remonte pas au delà de 7000 ans avant notre ère. Les datations au carbone 14 sont toujours fausses et que dans le pire des cas, l’erreur peut approcher jusqu’à neuf siècles ». Mégalithes, lieux d’énergie, auteur : Jacques Bonvin, Éditions Mosaïques.

    Selon le Dr. Snelling, on doit tenir compte que…

    1- Les végétaux « n’aiment » pas le dioxyde de carbone contenant du C14. Cela signifie qu’ils en absorbent moins que prévu, de sorte que les tests les font apparaître plus anciens qu’ils ne le sont. De plus, cette discrimination ne s’effectue pas de la même manière par tous les végétaux. Ces distinctions doivent aussi être prises en compte.

    2- le rapport carbone 14/carbone 12 dans l’atmosphère n’a pas toujours été constant ; par exemple, il était plus élevé avant l’ère industrielle au cours de laquelle la combustion massive de combustibles fossiles (houille, hydrocarbures) a libéré une grande quantité de dioxyde de carbone dépourvu de 14C. En conséquence, les êtres morts à cette époque apparaissent plus vieux par la méthode de datation au carbone 14. Dans les années 1950, il y eut, au contraire, une augmentation de 14CO2 à cause des essais atomiques effectués dans l’atmosphère. Si l’on date par le carbone des êtres ou des objets qui remontent à cette époque, ils apparaîtront plus jeunes que leur âge réel.

    3- Les archéologues ne considèrent pas les dates fournies par la méthode au C14 comme absolues en raison de fréquentes anomalies. Ils ont plus confiance dans les méthodes de datation qui se réfèrent aux documents historiques.
    Au-delà de l’histoire écrite, le calibrage de « l’horloge » au carbone 14 n’est pas possible. Autres facteurs affectant les résultats de la datation au C14.

    4- La quantité de rayons cosmiques pénétrant l’atmosphère terrestre affecte la quantité de C14 produit et, par conséquent, le système de datation. La quantité de tels rayons atteignant la Terre varie selon l’activité solaire et selon que la Terre traverse des nuages magnétiques du fait du déplacement du système solaire au sein de notre galaxie. (…) Dans l’ensemble, l’énergie du champ magnétique terrestre décroît, de sorte que la production de C14 est actuellement plus importante que dans le passé. Voilà qui est propre à vieillir ce qui est déjà vieux.

    5- Un autre facteur, le déluge de la Genèse, aurait également fortement perturbé l’équilibre du carbone. Le déluge engloutit d’énormes quantités de carbone qui furent transformées en charbon, pétrole, etc., faisant ainsi diminuer la quantité totale de 12C dans la biosphère (y compris l’atmosphère, car les végétaux ont repoussé après le déluge et absorbé du CO2 qui ne fut pas remplacé par la désintégration de la végétation enfouie). La quantité totale de 14C diminua dans les mêmes proportions, bien sûr, mais, tandis qu’aucun processus terrestre ne générait plus de 12C (tout était immergé), le 14C continua, lui, d’être produit, puisque sa formation ne dépend pas de la disponibilité en carbone, mais en azote. Par conséquent, la quantité relative de 14C augmenta à la suite du déluge. Conclusion : le rapport 14C/12C antédiluvien dans les plantes/les animaux/l’atmosphère devait être plus bas que ce qu’il est aujourd’hui.
    A moins de corriger cet effet (qui s’ajoute au problème du champ magnétique exposé ci-dessus), la datation au carbone des fossiles formés pendant le déluge fournirait des âges beaucoup trop élevés.

    Autrement dit, la datation au C14 comporte des présuppositions, car basée sur les hypothèses suivantes :

    1- Le cycle du C14 reste invariable. (pourtant le C14 n’est pas stable dans la nature)

    2- On suppose que l’influx des rayons cosmiques est invariable depuis toujours.
    3. Aucune catastrophe d’ordre volcanique, océanique, glaciaire ou magnétique n’a changé ni influencé la proportion des gaz dans l’atmosphère.

    4- Depuis la mort des spécimens, aucune contamination n’augmente la proportion de C14 par l’eau ou par d’autres sources (pétrole, racines, etc.)

    5- De plus il faut noter que le taux de désintégration du C14 peut varier comme celui de l’uranium 238. Ainsi plusieurs organismes n’absorbent pas l’isotope C14. Par exemple certains mollusques vivant de nos jours ont été datés comme ayant 2300 ans.

    NOTEZ:

    Durant une longue période de temps, les grandes failles de la datation C14 avaient été cachées du grand public.

  15. Michel Julien Dit

    Les quatre forces fondamentales de l’univers nécessitent un réglage précis, prenons un exemple :

    L’atome

    L’atome domine l’univers, il est constitué de d’électrons (chargés négatif, indiscernable et délocalisé) et de protons (chargés positif) en nombre identique si non ils ne pourraient exister car l’équilibre électromagnétique serait renversé. Le nombre de protons et de neutrons du noyau défini l’élément atomique. À la vitesse constante de 2.000 km par seconde ils orbitent indéfiniment autour du noyau qui est 100,000 fois plus petit. Ils ont la capacité de s’unir pour former la matière. Malgré l’explosion sensé être ‘’chaotique’’ qui aurait formé l’univers, chez l’atome un certain ordre règne. Il n’existe pas d’atomes inutiles et sans buts.

    La force électromagnétique : c’est grâce au réglage précis de la force électromagnétique que les électrons sont maintenus autour du noyau de l’atome (la vitesse de rotation des électrons et proche de celle da la lumière). Si non, les atomes ne pourraient pas se combiner pour former des molécules. Si la force électromagnétique était trop forte, les électrons seraient capturés par le noyau de l’atome, la réaction chimique entre les atomes impossible, donc la vie impossible. Un mauvais réglage aura des effets sur l’activité solaire, rendant la photosynthèse impossible. Cette force électromagnétique est remarquablement conçue. La structure de l’atome est calibrée (force centrifuge) pour contre balancer la gravité! Cette précision est vitale. Sans celle-ci, l’univers exploserait ou s’effondrerait comme un trou noir! Comme nous somme en mesure de le constater dès le début nous y voyons une étonnante précision avant que les
    Systèmes ne soient en place. Comme si on avait prévu leurs existences comme la gravité par exemple.

    La molécule d’eau : La molécule d’eau très complexe est essentielle à la vie. Elle est unique, on peu la trouver sous ces trois différentes formes : la glace (solide), l’eau (liquide) et la vapeur (gaz. Pourquoi est-elle venue à l’existence ? Plusieurs conditions très délicates doivent être remplies pour permettre la formation de la molécule d’eau :

    Des conditions de température : la molécule d’eau ne peut se former que dans un gradient de température précis. Elle ne peut pas apparaitre si la température est supérieure à quelques milliers de degrés, car l’extrême agitation des atomes qui règne alors empêche la formation de molécules (les liaisons entre les atomes ne résistent pas). Ainsi, la molécule d’eau ne peut pas apparaitre directement au cœur des étoiles, qui atteint plusieurs millions de degrés. De même, le milieu ne doit pas être trop froid car la rareté des atomes et de leurs mouvements les rend difficiles à associer. La température est donc un facteur très important dans la formation de l’eau ;

    La protection contre les rayonnements, en particulier le rayonnement ultraviolet. En effet, ce rayonnement très puissant (produit par les étoiles) baigne l’univers et détruit les liaisons chimiques entre les atomes : il dissocie donc les molécules. Ce rayonnement est très fréquent dans l’univers. L’eau doit donc apparaitre dans un environnement particulier, bien protégé contre le rayonnement ultraviolet ;

    La présence d’un environnement chimique précis contenant de l’hydrogène et surtout de l’oxygène, plus rare.

    Extrême précision ; l’hydrogène d’une molécule d’eau est attiré par les atomes d’oxygène d’une autre molécule d’eau. Comme les molécules d’eau sont continuellement en mouvement, elles font et défont leurs liaisons hydrogène toutes les 200 femto secondes, soit 0,0000000000002 seconde, ou 5 milliards de fois par seconde !

    L’atome de la matière vivante

    La matière inerte comtiens au maximum 13 atomes. Quand aux atomes de la matière vivante elles étonnent par leurs complexités, diversités et peuvent contenir des centaines d’atomes. Elle est d’un type particulier. Par exemple, l’atome de carbone est responsable d’un grand nombre de systèmes organiques.

    Résumons dès le début de l’Univers

    1- Les électrons devaient être chargés négativement et les protons chargés positivement.

    2- Électrons et protons de nombre identique

    3- Ils devaient avoir la capacité de s’assembler pour former la matière

    4- La structure de l’atome est calibrée pour contre balancer la gravité.

    5- Réglage précis de la force électromagnétique

    6- Vitesse de rotation constante et précise autour du noyau

    7- Les liaisons hydrogène des molécules d’eau se font toutes les 5 milliards de fois par seconde !

    Si un seul de ces éléments manque, la vie est impossible. Est-ce le fruit du hasard ?

  16. monteilhet Dit

    Depuis des années je cherche une réponse à la question: l’actuel gorille a-t-il le même aspect que celui d’il y a 5 millions d’années, ou, comme l’homme actuel par rapport à celui d’il y a 5 millions d’années, en est-il terriblement différent?

  17. Michel Julien Dit

    Où sont les Traces de l’évolution…

    Avant le génocide il y a des conditions annonciatrices présentes suivit par celles durant et après. Bien des années plus tard, grâce à des fouilles, on devrait trouver des preuves concrètes de génocide. Le plus important, c’est de trouver des ossements dans des fosses communes et des traces de violences. Si les ossements prélevés dans un site d’un génocide parlent, l’évolution devrait aussi laisser des traces sur le document fossile. La communauté scientifique possède des millions de fossiles. Il n’y a avant l’explosion de la vie de l’époque cambrienne aucun signe avant coureur de l’évolution. Après 200 ans de recherches, aucun fossile transitoire qui devraient pourtant être plus nombreux. Beaucoup d’animaux de cette époque, ne sont pas très différents de ceux d’aujourd’hui.

    À l’époque cambrienne une explosion de vie est apparue tout à coup.

    En effet les preuves au cours de ces supposées 600 millions d’années d’évolutions devraient révéler facilement des milliards de variantes intermédiaires Mais on n’en trouve pas. Au contraire, les espèces trouvées sont complexes. Les rares cas, sont sujets à l’interprétation partiale des fossiles par les évolutionnistes. Ils sont souvent contestés et abandonnés par la suite.

    Laissons 4 évolutionnistes réputés parler.

    Qui ne connaît pas le plus féroce des évolutionnistes Richard Dawkins. Pourtant il a du admettre ceci « L’explosion cambrienne milite très fortement en faveur de la création. La création est la seule façon d’expliquer l’apparition soudaine d’animaux pleinement formés de la vie sur terre » (The Blind Watchmaker, London: W. W. Norton 1986, p. 229.)

    Au autre évolutionniste le biologiste bien connu Douglas J. Futuyma fit cette aveux : « Soit les organismes sont apparues sur la terre en pleine maturité ou soient ils ne l’ont pas été. S’ils n’ont pas été pleinement formés, ils doivent s’être développés à partir des espèces préexistantes par un certain processus de modification. S’ils apparaissent dans un état en pleine maturité, ils doivent en effet avoir été créés par une intelligence »

    Le professeur de l’université d’Haward le paléontologue et évolutionniste réputé Stephen Jay Gould : «Où sont tout les ancêtres de la période cambrienne? Et s’ils n’avaient jamais existés, dans une forme identifiable, comment expliquez le départ si rapide de la complexité actuel? »

    « L’extrême rareté des formes de transition est le secret de fabrique de la paléontologie… L’historique de la plupart des espèces fossiles comprend deux caractéristiques allant à l’encontre du gradualisme »

    1. La fixité. La plupart des espèces ne démontrent aucun changement de direction tout au long de leur durée sur terre. Dans le registre fossile, leur apparence est à peu près la même à leur disparition; les changements morphologiques sont habituellement limités et sans direction.

    2. L’apparition soudaine. Peu importe la zone locale, les espèces n’apparaissent pas graduellement, à la suite de la transformation constante de leurs ancêtres; elles apparaissent plutôt tout d’un coup et « complètement formées »

    Gould a cherché une théorie de remplacement à celle de Darwin appelée « théorie des équilibres ponctués » l’évolution selon Darwin était devenu pour lui indéfendable.

    Au font d’eux-mêmes les évolutionnistes savent très bien que les preuves sont du côté d’une création.

    Le paléontologiste évolutionniste, Mark Czarnecki : « Les larges phylums d’animaux actuels étaient déjà présents au tout début de la période cambrienne et ils étaient aussi différents les uns des autres qu’ils le sont aujourd’hui. » (Mysteries of the Orient, dans la Revue Discover d’avril 1993, p. 40.)

    Il a également fait cette aveux : «Une difficulté majeure face à la tentative de prouver la théorie demeure la question des fossiles; les empreintes des espèces disparues, préservées dans les formations géologiques de la Terre. Ces archives n’ont jamais révélé des traces de l’hypothèse formulée par Darwin, en l’occurrence les variantes intermédiaires – au contraire, les espèces apparaissent et disparaissent de manière soudaine, et cette anomalie va plutôt dans le sens de l’argument créationniste qui clame que chaque espèce a été créée par Dieu. » (The Revival of the Creationist Crusade, MacLean’s, janvier 19, 1981, p. 56.)

    Le document fossile est un boulet pour les évolutionnistes. Il n’est donc pas étonnant qu’il y eut beaucoup de falsificateurs qui ont annoncés de fausses découvertes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

quis leo Praesent lectus libero. Aliquam ipsum