Interview avec Michelle Courchesne

3 449

Les Francs-Tireurs ont leur façon bien à eux d’aller au fond des choses et si vous aimez les interviews qui ne font pas dans la complaisance, vous savourerez chaque instant de leur interview avec la ministre de l’Éducation du Québec, Michelle Courchesne.

L’actuelle ministre libérale en charge de l’éducation de nos enfants multiplie les révélations concernant la réforme éducative, entreprise sous le règne péquiste.

Le constat est cinglant!

Même si certains aspects de la réforme peuvent avoir du mérite (lorsque pris isolément), la livraison finale que reçoit l’élève devrait inquiéter les parent québécois.

Écoutez l’interview pour tous les détails croustillants que nous livre une ministre Courchesne plus humaine et résolument moins plastique — son style plus décontracté plaît mais son message n’en demeure pas moins préoccupant.

Tags: michelle courchesne, ministre, éducation, réforme, québec, enfants, élèves, écoles, enseignement, parents

3 commentaires
  1. Françine Dit

    Bonjour,

    Je suis une mère dont l’enfant veut constamment décrocher car il n’aime pas du tout l’école et je le comprends très bien.

    Mme la ministre, avez-vous déjà entendu parler qu’il y a des enfants visuels et des enfants auditifs? Et bien, regardez les décrocheurs, ce sont pour la plupart des visuels. Faites donc des programmes pour eux!

    Eux, où ils sont bons, c’est au travail. Ce sont eux, la future main d’oeuvre. Le français est trop difficile à apprendre et les maths de 4e et de 5e sec. aussi.

    Donnez-leur la chance d’apprendre des métiers plus vite et alors, ils auront moins le goût de décrocher. Avez-vous aussi lu sur les enfants indigo? Ce sont eux qui sont sur le RITALIN, pour la plupart.

    Merci, ça m’a fait du bien d’en parler.

  2. cgelinas Dit

    Merci beaucoup pour votre commentaire, Françine!

    Plus que jamais, il faut prendre la défense de nos enfants et les extirper des griffes d’un système éducatifs allergique à la personnalisation des contenus en fonction des cheminements personnels de chaque jeune élève.

    Des profs mal outillés et peu motivés ajoutent encore plus de stress sur les épaules passablement chargés de certains de nos jeunes qui, à force de se faire forcer à suivre des voies éducatives “exotiques”, perdent le goût d’apprendre… et décrochent.

    Un ensemble de facteurs doit être adressé, pour que l’éducation deviennent un enrichissement collectif véritable et pour ce faire, il faut commencer par s’assurer que c’est d’abord un enrichissement individuel tangible.

    Il n’y a pas que les décrocheurs qui souffrent de la médiocrité éducative actuelle, même ceux qui s’accrochent n’en peuvent plus de la rigidité suspecte d’un système qui, en théorie, doit exister pour le bien des enfants, par pour les caprices d’un quelconque syndiqué frustré qui veut déjà être à sa prochaine pause.

    Les parents qui défendent leurs enfants méritent toute notre admiration et par un quelconque acte du Saint-Esprit, la ministre finira peut-être, un jour, par les entendre.

  3. Francine Ouellet Dit

    Bonjour,

    Je reviens avec un autre commentaire.

    J’écrivais dans ma dernière lettre que le français était trop compliqué. Pour les visuels (manuels), ce qu’il ont besoin de savoir c’est lire et écrire correctement.

    Mon fils me montrait ce qu’il avait à faire comme travail et il me disais “maman, moi je veux souder, plus tard. À quoi ça va me servir de savoir quel genre te texte que je lis? Est-ce un texte littéraire, narratif, subjonctif ou explicatif?”.

    Si mon fils voulait être un professeur, je n’ai rien contre le français d’aujourd’hui mais pour un travail de main d’œuvre, ils n ‘ont pas besoin de cela (du moins, pas dans la même mesure).

    Changez la méthode d’enseignement c’est urgent.

    Merci, encore une fois.

    Francine Ouellet

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

quis ipsum adipiscing sem, ut efficitur. venenatis, Lorem