Ceux qui aident les enfants avec des besoins particuliers

4 572

Au Québec, l’école accueille tous les enfants.

Que l’enfant soit capable d’évoluer seul à l’école ou qu’il ait besoin d’assistance, divers services d’aide peuvent suppléer à un ou plusieurs manques, chez celui-ci. Au fond, nous avons tous besoin d’aide dans quelque chose —même rendus adultes— mais ici, il s’agit d’aider les enfants avec des besoins particuliers qui pourraient ne pas se réaliser pleinement, dans l’écosystème scolaire.

Ainsi, une nuée d’intervenants sont appelés à assister l’enseignant et le directeur d’école afin de faire cheminer l’enfant d’une manière aussi normale et complète que possible.

Les individus qui occupent ces postes doivent livrer une performance sans faille pour que chaque enfant confié sous leur gouverne atteigne autant que possible les objectifs scolaires que ses collègues de classe, eux, sont réputés pouvoir atteindre, seuls.

Voici donc un petit compendium des principaux intervenants que l’on retrouve dans le système scolaire québécois, tel que préparé par la Fédération des comités de parents du Québec

L’orthopédagogue est un professionnel qui œuvre auprès des enfants, adolescents ou adultes qui apprennent différemment. Il s’intéresse au développement global de l’apprenant. L’orthopédagogue est appelé à prévenir, à identifier et à corriger les difficultés d’apprentissage. Il cherche aussi à éveiller l’apprenant à son propre style d’apprentissage pour qu’il développe sa confiance en lui.

L’orthophoniste est le professionnel des troubles reliés à la communication. Il étudie, examine, évalue et traite les troubles de la voix, de la parole et du langage. Le psychologue scolaire est spécialisé dans la psychologie de l’éducation. Il maîtrise les problématiques de santé mentale. Il réalise des évaluations du développement de l’enfant, de la gestion de comportement et il fait de la thérapie individuelle ou de groupe.

Le psychoéducateur offre des services d’évaluation, de consultation, d’intervention préventive et de rééducation aux enfants, adolescents ou adultes qui éprouvent des difficultés d’adaptation psychosociale, en vue de résoudre ou de prévenir les conflits et de favoriser leur autonomie et leur insertion sociale.

Le travailleur social de l’école fait de la relation d’aide individuelle et de groupe, des consultations avec le personnel enseignant et les différents services qui aident les élèves à surmonter leurs difficultés. Il assure la liaison entre les milieux scolaires, les parents et le système de santé et de services sociaux. D’ailleurs, souvent, même s’il travaille à l’école, ce dernier relève du réseau de la santé et des services sociaux.

L’intervenant en développement du langage (IDL) agit auprès des enfants ayant des troubles d’apprentissage du langage et participe à la mise en œuvre du plan d’intervention. Cet intervenant agit en appui à l’orthophoniste.

Le conseiller d’orientation est un expert en évaluation des ressources psychologiques, des ressources personnelles et des conditions du milieu. Il accompagne l’élève dans la découverte de ses traits de personnalité, valeurs et intérêts, ceci afin de lui permettre de persévérer à l’école et de trouver sa place au sein de la société.

Le préposé aux élèves handicapés (PEH) aide l’élève handicapé et l’accompagne dans sa participation à l’école, qu’elle soit liée à des activités scolaires ou non. Il peut assister l’élève dans ses déplacements, voit à son bien-être, à son hygiène et à sa sécurité, selon ses besoins ou conformément aux instructions reçues dans le cadre d’un plan d’intervention.

Le technicien en éducation spécialisée (TES) intervient auprès de personnes ayant des déficiences physiques, intellectuelles ou présentant des troubles envahissants du développement, des troubles de comportement ou des problèmes de santé mentale.

On peut imaginer qu’aucune personne ne pourrait occuper l’un ou l’autre de ces postes sans faire preuve de compréhension, de patience, d’empathie, de leadership, de créativité et de professionnalisme.

Aider autrui relève généralement de la noblesse, du savoir-vivre et du savoir-être mais lorsque ça devient une profession, il faut que le concept de don de soi puisse être intégré dans l’équation afin que chaque enfant aidé sente qu’il est important et que son succès est absolument essentiel, au yeux de l’aidant.

Alors qu’encore trop de gens ne prenne pas leur travail au sérieux, ces intervenants n’ont pas ce luxe car tout manquement à un stade précoce de développement d’un enfant peut avoir des conséquences très malheureuses pour l’avenir de celui-ci.

Autrement dit, être un intervenant en milieu scolaire se veut une importante responsabilité.

Chaque intervention doit suivre le rythme de l’enfant afin que celui-ci puisse faire appel à ses propres forces pour en arriver à se définir comme un gagnant qui peut accomplir de belles choses, grandes ou petites.

Quiconque a déjà tenu la main d’un enfant sait à quel point il s’agit d’un lien privilégié qui impose le plus grand des respects car, en aidant les enfants, on célèbre la vie, la beauté et l’excellence.

Il n’y a évidemment pas que les intervenants scolaires qui peuvent mettre l’épaule à la roue pour aider les enfants ayant des besoins particuliers. Les parents, au premier chef, fournissent l’impulsion vers un développement personnel et académique aussi complet que possible et ce, depuis la maison. En entretenant un foyer où il fait bon vivre et où l’équilibre familial a lieu sans juger l’autre mais plutôt en cherchant à miser sur ses forces et aspirations, on maximise les chances de succès de tous ses membres. Papa, maman, enfants, tout le monde contribue au succès de la famille et à l’école, c’est simplement la suite!

D’ailleurs, tous les intervenants vous le diront, des parents activement impliqués dans la vie de l’enfant ayant des besoins particuliers peuvent faire toute la différence. Comme pour tout enfant, par ailleurs.

Il y a évidemment des intervenants qui ne saisissent pas l’importance de leur travail et ceux-là devraient être écartés de l’une ou l’autre de ces professions. Les bons intervenants se reconnaissent et devraient, de leur propre chef, initier le ménage dans leur profession afin d’éviter que des enfants soient mal accompagnés, à l’école.

Que votre enfant ait des besoins particuliers ou non, vous avez droit au succès! Ne vous limitez pas et profitez de toute l’aide que vous pourrez recevoir, pour la plus grande réussite de votre enfant (ou de vos enfants, le cas échéant).

4 commentaires
  1. cgelinas Dit

    Il faut savoir que ces spécialistes sont souvent au service de plusieurs écoles, ce qui fait en sorte que leurs expertises peuvent être longues à obtenir. Il est important de parler de l’accès à ces professionnels avec la direction de l’école.

    Et vous n’êtes pas certain si votre enfant a des besoins particuliers, considérez ce qui suit, à savoir qu’en début ou en cours d’année scolaire, il est possible de déterminer si un enfant a besoin de services adaptés. Les parents ou les enseignants sont souvent les mieux placés pour remarquer certaines particularités chez l’enfant:

    • Le comportement: la réaction de l’enfant au milieu ou aux autres, son autonomie, son aptitude à s’adapter à de nouvelles situations.
    • La communication: comment l’enfant se sert-il du langage pour communiquer et donner un sens aux apprentissages?
    • L’intellect: son aptitude à raisonner et à comprendre l’information et les concepts.
    • Les habiletés cognitives: comment l’enfant résout-il des problèmes et traite-t-il l’information?
    • Les capacités d’apprentissage: comment l’enfant fait-il l’acquisition de nouvelles connaissances et établit-il des liens entre les concepts?
    • Les caractéristiques physiques: coordination, motricité globale, motricité fine, handicap physique ou intellectuel ou déficience visuelle ou auditive.
  2. Rasschaert Emilie Dit

    Bonjour,

    Je vous laisse ce message car j’aimerais avoir des avis concernant l’intégration des enfants dyslexiques à l’école primaire.

    Cordialement,

    Rasschaert Emilie

  3. bowlingman Dit

    Au Québec, au niveau secondaire, bien qu’il soit utile d’avoir des spécialistes qui peuvent aider les élèves en dehors des heures de cours, le système dans lequel les élèves évoluent ne leur permet pas de pouvoir obtenir l’aide, gratuitement, de spécialistes.

    En effet, la bureaucratie des commissions scolaires gruge le budget administré par le gouvernement et ce sont les services aux élèves qui en écopent.

    Des postes d’adjoints, de sous-adjoints, de coordonnateurs, de sous-coordonnateurs et de secrétaires, il en pleut à n’en plus finir.

    Mais les orthopédagogues, les travailleurs sociaux et les psychologues se font discrets et quand il y en a, leurs bureaux sont dans l’enceinte même des bureaux de la commission scolaire, ce qui ne permet pas aux élèves de profiter directement de ces services grandement utiles.

    Il faut croire que les papiers sont plus importants que les services à l’élève…

  4. Eden Dit

    bonjour, j’ai une mon A.E.C en stratégies du développement du langage, je travaille en ce moment avec une orthophoniste , mais je n’ai pas de statut , je suis éducatrice d’un groupe de 24 élèves dont 2 avec des besoins particuliers, je fais du mieux que je peux avec les enfants, mais je trouve que ce n’ai pas assez, vue mon horaire et le besoin des autres enfants.
    les 2 enfants ont besoins de plus de temps pour eux et surtout pour mener a bien le plan de d’intervention qu’il m’a été attribué, je me pose la question est-ce qu’il ya un statut, une fonction, ou des taches particulières pour nous merci de me répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.